Dommages et risques causés par les températures hivernales

Avec la montée en flèche des prix de l’électricité, la nécessité de réduire les dépenses cet hiver est plus élevée que jamais. Et pour ce faire, le premier réflex est de couper complètement la chaffage. Cependant, de nombreux dommages peuvnt être causé par le gel et les conséquences peuvent être très coûteuses. Polygon France vous aide grâce à son expérience dans le contrôle climatique temporaire.

Les températures ont fortement chuté. En cette saison, de nombreuses maisons secondaires voient leur chauffage s'éteindre et parfois, les grandes installations, telles que les musées, les biens culturels, les bâtiments communautaires et les installations de conférence, décident également de fermer pendant une période où moins de personnes visitent. Laisser ces propriétés sans chauffage ni électricité pour économiser de l’argent peut être vu comme la solution économique la plus rentable. Cependant, le risque de dommages causés par l’eau et l’humidité augmente considérablement et vous pourriez devoir dépenser de grosses sommes d’argent pour réparer les dommages.

 

Risques dû à la diminution de la chaleur

Lorsqu'une habitation n'est plus chauffée, la température intérieure diminue et se rapproche de la température extérieure ce qui augmente le risque que les conduites d'eau et les canalisations gèlent. Pour éviter cela, il faut que les conduites d'eau et les canalisations soient vidées de l'eau. 

Une autre conséquence est que l’humidité relative s’ajuste au même niveau que l’air extérieur. L'humidité relatives est une mesure de la quantité d’humidité dans l’air par rapport à la température de l’air.

Cela affecte les structures et les matériaux tels que le bois, les plaques de plâtre, les tapis, le papier peint et les meubles rembourrés. Ici, le principal risque est l’humidité relative élevée créée dans de nouvelles conditions à l’intérieur. Si l’humidité atteint environ 90%, deux choses peuvent se produire :

  • Gonflement de matériel
  • Croissance microbienne

Le risque de croissance microbienne s'accentue lorsque la température augmente avec l'arrivée du printemps. En effet, lorsque la température augmente à l’intérieur, l’humidité augmente également. Les matériaux qui se trouvaient dans des espaces avec des températures trop basses sont rapidement entourés d’environ 90% d’humidité relative, et la croissance microbienne peut avoir lieu en quelques semaines seulement. Si l’électricité a été complètement coupée pendant l’hiver et que la propriété n'a pas été chauffée, les risques sont d'autant plus élevés. 

Le risque n’est donc pas pendant l’hiver lorsque vous coupez l’électricité, mais lorsque la chaleur revient. Les matériaux qui ont ensuite généré de l’humidité sont affectés lorsque la température augmente.

 

Comment éviter les dommages?

Il existe deux méthodes afin d'éviter que ces deux risques se produisent et ainsi garder un environnment sain. La première consiste à maintenir la source de chaleur et la ventilation à une « chaleur d’entretien » d’environ 10-15 ° C pendant les mois d’hiver. La seconde consiste à maintenir l’humidité relative à 70-75% dans l’environnement intérieur.

Dans les maisons d’été, le conseil est toujours d’ouvrir les robinets, de fermer l’eau, de vider les conduites d’eau et d’avoir un chauffage d’entretien dans la maison. Des pannes de courant peuvent toujours se produire, alors soyez attentif à cela en hiver, mais avec une humidité relative faible , le risque de gel est globalement faible.

Vous voulez en savoir plus sur nos services dans Solutions climatiques temporaires ? Cliquez ici

related

Abonnez-vous à notre newsletter

Merci!

Oups, quelque chose s'est mal passé...

Oups, quelque chose s'est mal passé...

En vous inscrivant à notre newsletter, vous obtenez des informations sur Polygon.