La détection de fuite : 13 techniques non destructives

Vous constatez une perte de pression dans votre installation de chauffage ? Votre facture d'eau augmente sans raison ? Vous voyez une tache d’humidité sur un mur ? Votre parquet s’est soulevé ? Vous êtes très probablement victime d’une fuite d’eau dans les canalisations. Les conséquences ne sont pas négligeables : une fuite de 0,5 mm peut libérer jusqu’à 20 litres d’eau par heure !

Une fuite peut être indétectable à l’œil nu, mais peut être localisée, par exemple, dans un tuyau, un toit, un système de chauffage ou une piscine. Nous utilisons plusieurs techniques pour identifier les fuites et minimiser les dommages, y compris les caméras infrarouges, le gaz traceur, la fumée et la pression de l’air. Toutes les réparations sont effectuées par nos professionnelles entièrement qualifiés.

Nos solutions : 13 techniques non destructives

  • Prise de mesure d’humidité : l’hygromètre mesure la résistance électrique des matériaux, qui varie en fonction de l’humidité contenue. Le poids d’eau dans le matériau est généralement exprimé en % de la masse.
  • Test de pression : après avoir raccorder nos manomètres sur un robinet, nous fermons l’arrivée d’eau. Nous laissons le réseau sous pression avant de contrôler le résultat.
  • Endoscopie : grâce à la fibre optique et à une sonde vidéo miniature, nous inspectons l’état des réseaux. La visualisation se fait grâce à un moniteur couleur intégré.
  • Caméra infrarouge : nous visualisons les variations de température des différents matériaux grâce à la thermographie et à l’analyse des données.
  • Gaz traceur : le réseau est vidé et mis sous pression après que le gaz traceur – capable de passer à travers les matériaux même les plus denses – ait été injecté. Un détecteur contrôle toute trace de gaz en surface.
  • Système électroacoustique : un bruit se créé lors d’une fuite sous des conduites sous pression. Nous le détectons à l’aide d’un micro de contact.
  • Inspection télévisée : nous introduisons une sonde vidéo numérique dans la canalisation. Grâce à l’écran couleur, nous en visualisons l’intérieur et le compte-tours intégré nous permet de localiser l’emplacement des anomalies.
  • Fumigène : après avoir fait un percement dans l’étanchéité, nous injectons le fumigène sous pression à l’aide d’un surpresseur. La fumée s’échappe alors à travers les défauts d’étanchéité.
  • Colorimétrie : nous faisons une mise en eau colorée de capacités et/ou canalisations gravitaires soupçonnées fuyardes (bac à douche, bac de rétention, conduites d’évacuation EU, EP, EV…).
  • Champ potentiel (“Leopoma”) : après avoir effectué une mise en eau, nous divisons notre surface à étudier en 2 moitiés et positionnons des sondes en leur milieu. Nous mesurons les résistances électriques de la membrane d’étanchéité sur les 2 zones : celle présentant la résistance la plus faible contient le(s) point(s) où l’eau s’infiltre.
  • Mise en eau : arrosage ou simulation de pluies tombantes.
  • Système électromagnétique : un émetteur envoie un champ électrique à une fréquence donnée. Cette fréquence est ensuite détectée par notre récepteur grâce à la conductivité des conduites.
  • Mise en charge : coloration des eaux du réseau à l'aide de fluorescéine et observation d'éventuelles infiltrations.

Pour fair appel à nos services, contactez-nous au 0 800 30 35 30 ou par mail à contact.fr@polygongroup.com

related

Abonnez-vous à notre newsletter

Merci!

Oups, quelque chose s'est mal passé...

Oups, quelque chose s'est mal passé...

En vous inscrivant à notre newsletter, vous obtenez des informations sur Polygon.